Publié par : pasinul | 12 juin 2008

Passage de baleines à Mar del Plata

Nous avons eu une agréable visite le long de nos côtes aujourd’hui. Trois jolies baleines nous ont offert un agréable spectacle de pirouettes. De quoi nous réchauffer le cœur, dans ce froid de canard.

Publié par : Pedro | 23 janvier 2008

La blague argentine du jour

Le président (ou le 1er Damoiseau d’Argentine), M. Kirchner se rend au Brésil en visite diplomatique à son confrer Lula.

Lula l’accueille à l’aéroport; à bord de la berline , ils se rendent à la résidence présidentielle.
Le long du parcours, Lula fièrement annonce:

– Tu vois l’autoroute ici? (il lui montre une voie rapide flambant neuf)
–  Oui,  c’est beau!
– 10% ici (dit il en souriant et se tapant sur la poche)

plus loin, ils croisent un hôpital rutilant

– Ici, nous disposons de services équipés des dernières technologies…
…. 10% dans la poche!

et chemin faisant la litanie continue, sous le regard impressionné du Pinguin.

Quelques mois plus tard, Lula vient à son tour à Buenos Aires. Kirchner le reçoit.  Arrivé à la demeure présidentielle, Kirchner dit:

– Tu as vu les investissements que nous avons fait? Les logements sociaux, les centrales électriques, et le splendide TGV?
Lula qui n’a vu que des ornières sur la route traversant des bidonvilles et des carrefour bloqués par des piquetes réclamant la lumière semble étonné. Kirchner reprend:
– Non hein?? et bien c’est 100% dans la poche.

Publié par : Pedro | 31 décembre 2007

Remise des pendules à l’heure

Et oui, l’Argentine a changé d’heure ce WE. Il a fallut avancer les montres d’une heure, chose qui prend un certain temps à la municipalité portègne.

Le décalage horaire qui s’était déjà réduit à 4h à l’occasion du passage à l’heure d’hiver en France passe ainsi à 3 petites heures!

Publié par : Pedro | 11 décembre 2007

Banque du Sud: Vers une monnaie unifiée en Amérique du sud?

L’actualité de la zone Amérique du sud est particulièrement riche ces derniers temps. Le plébicite manqué de Chavez, son passage en France, les différents entre le même Chavez et Uribe autour de la négociation avec les FARC, les rebondissements de l’affaire Bétancourt avec l’intervention possible de Super Nico, et la prise de pouvoir de Christina la pinguine…

Ces évènements ont quelque peu dissimulés une information du WE dernier d’une importance politico-économique forte:

LE LANCEMENT DE LA BANQUE DU SUD 

Damien Millet et Eric toussaint y consacrent un billet très intéressant dans le Monde Diplomatique. En substance, on apprend que d’ici fin février, 7 pays (Argentine, Bolivie, Brésil, Équateur, Paraguay, Uruguay, Venezuela) vont creer une intitution financiere dotée d’un fond de 7 milliards d’euros et indépendante du FMI et le la Banque Mondiale. L’affranchissement du Dollard est sur toutes les lèvres, et on voit poindre l’idée d’une monnaie commune à la zone Amérique du Sud… Quelqu’un a dit que l’USD allait se redresser?

Publié par : Pedro | 28 novembre 2007

Evolution du cours Euro Peso

Comme d’habitude le cours du Peso est fortement lié à celui du USD. Le fameux subprime étant passé par là, l’Euro n’en fini plus de s’apprécier face au billet vert, et le Peso de gentiment suivre la déroute amériquaine. Voyez ça:

On dirait que le cours est linéaire et qu’il prend 10,4 centavos chaque mois ! ! A ce rythme, l’Euro vaudrait 5 Pesos au printemps français et près de 5,90 Pesos dans un an. Cette appréciation est à pondérer par la différence d’inflation qu’il y a entre les 2 zones monétaires;

Là ou l’argentine doit fleureter avec les 10%, la France ne doit pas etre loin de 4% (même si les statistiques de l’INSEE et de l’INDEC trouvent bien moins… voyez tout ce que peut en dire Tonton Patrick). Donc, à inflation i constante, u unité de valeur de tomate d’aujourd’hui s’échangeront Vn dans n ans. Vn = u*(1+i)^n dans chaque pays (et chaque devise).

Application numérique:

Aujourd’hui avec 1 Euro j’achète 500g (à 2 €/Kg) de tomate en France ou j’achète 4,70 Pesos avec lesquels j’achète aussi 500g de tomate à Buenos Aires (c’est aujourd’hui vers 9 Pesos -peut etre moins en fait, il faut dire que ça yoyotte sévère– mais c’était monté à 17 il y a peu ce qui a même déclenché un boycot).

Dans un an avec ce même Euro que j’aurai préféré garder dans ma poche, j’achèterai, en France, des tomates à 2*1,04=2,08€/kg soit 480 g ou 5,90 Pesos argentins avec lesquels je pourrais me procurer des tomates à 9*1.1=9.9$/Kg soit 596 g de tomate

Dans 2 ans 1€ => 1 / (2*1.04^2) = 462 g de Tomate française ou 1€ => 7,148$ => 7,14 / (9*1.1^2) = 656 g

et ainsi de suite…

conclusion:

Au plus tu pédales moins vite, au moins t’avances plus vite

 


Publié par : Pedro | 22 novembre 2007

Les réseaux structurels argentins (4/5): Les communications

Les téléphones mobiles

Il y a 2 opérateurs en argentine qui se partagent le marché: CTI Movil et Movistar. A ceux qui se plaignent de Bouygtel et consorts, venez un peu expérimenter le service ici et vous comprendrez votre chance. Pour réussir à passer un appel il faut parfois tenter sa chance 4 ou 5 fois. Quand enfin l’appel parvient, si votre correspondant n’est pas joignable, c’est comme à la loterie, on a une chance sur dix de pouvoir joindre son répondeur et une chance sur cent de pouvoir y laisser un message quant aux chances que le message laissée soit présenté dans l’heure à votre correspondant je ne préfère pas en faire l’estimation.

Une part importante de la population équipée (par rapport à la France) n’a pas de forfait mensuel mais achète des crédits sous forme de carte avec un numéro qui apparait au gratage . Ces cartes s’achètes un peu partout dans les kiosques. Il fauten général 3 tentatives pour « ingresar el n° de la tajeta » le service fonctionnant lui aussi bizarement. Sachez aussi que les protables sont zonés par province et qu’un appel vers un portable argentin a un cout différent suivant la province à laquelle il est rataché (et bien entendu de l’endroit d’où vous passez l’appel).

Il existe une particularité liée aux mobiles dont nous ne disposons pas en France (pensez vous!! qu’adviendrait-il du chiffre d’affaire astronomique des SFR et consorts?): il s’agit du « Talk now » (cf le billet de Monie ou celui de Scav ). Cela permet d’appeler en utilisant un service semblable à du talkie walkie dont le cout est forfaitaire.

Notez enfin qu’on peut à moindre frais louer un téléphone mobile en Argentine; il vous en coutera environ 2 Pesos par jour.

Une rue branchée de San Miguel de Tucuman

Internet

Quel français ne s’est jamais plaint de son FAI (fournisseur d’acces Internet)? Déconnexions intempestives, délais de rétablissement de service imbitables, service client injoignable et/ou incompetent… Basta, La France dispose du meilleur réseau Internet du monde. C’est encore un des rares domaines où nous soyons leader. Encore une fois, venez ici, vous verrez. Quoique vous puissiez etre surpris de trouver des réseaux WiFi dans des coins assez reculés (comme par exemple une YPF de Caceros d’où j’ai posté un billet en Aout), en général ici la fourniture d’accès Internet ici c’est le même topo qu’en France, en pire. Mariano, un ami, a du attendre près de 5 mois en relançant régulièrement pour que sa ligne lui soit transférée de son ancien appartement à sa nouvelle résidence distante de 5 cuadras. Les débits sont honnêtes sans plus.

Le courrier postal:

tout un poème! L’efficacité du courrier national est si contesté que d’autres entreprises ont pris le marché et font de l’envoie de plis. Juste pour l’anecdote, j’ai envoyé en début d’année un pli à une adresse reculée de Santa Lucia, au fin fond de la province de Tucuman; Le pli a mis un peu plus de 4 mois pour faire l’aller retour puisque le correspondant n’a pas été trouvé. On retrouve aux guichet la spécialité de LA Poste: la queue interminable.

Publié par : pasinul | 10 novembre 2007

Prochainement sur vos…

 

Prochainement sur vos « écrans »

promoMdP

 

Vous en aurez plein les yeux et partout : dans les villes de Rosario, Cordoba, Mendoza, Buenos Aires Capital (ville du gaucho de service),… dans les gares routières, les stations de métro, sur les abris de bus,… les grandes avenues et dans les rues à grande circulation,…

Non, ce n’est pas l’affiche de « Pirates des Caraïbes », mais la prochaine campagne promotionnelle de Mar del Plata.

Avec des affiches pouvant atteindre 12 mètres sur 7, ajustez vos lunettes, vous en aurez plein les yeux !

Publié par : monie | 5 novembre 2007

Petite note de notre ami Patxi

Disparition de la justice sociale, dépendance économique, perte de souveraineté politique.
On peut expliquer certaines régressions de certains pays de mille manières, angles, points de vue possibles.

Mais tout de même, cette puissance mondiale que fut l’Argentine, sa classe moyenne, solide, son niveau d’inégalité plutôt raisonnable par rapport à d’autres pays européens, il y a de bien lointaines décennies de cela, qu’est elle devenue ?

On peut ergoter à l’infini. Pour ma part, je n’en sais foutre rien. Ma responsabilité première à moi, citoyen gascon, français, européen c’est m’intéresser à mon environnement direct, et essayer de contribuer à changer les choses qui ne me semblent pas justes.
Mais pour autant, je me sens le loisir de réflechir sur ces sociétés d’amérique latine qui m’ont toujours accueilli les bras ouverts.
Leurs grandeurs.
Et leur face obscure.

En ce sens, il y a un trait culturel qui pour moi est au cœur de tout, et que l’argentin partage avec le venezuelien, gavé de pétrole ou le libanais de beyrouth, gavé de business. C’est la viveza, la viveza criolla, mélange d’astuce malhonnête, débrouillardise faite de repli individualiste,d’opportunisme, de corruption éthique, d’affranchissement systématique des règles qui fixent le Bien commun, l’intérêt général, de création permanente d’exceptions. Omnisprésente, insupportable, cette viveza est le vrai problème, à la fois cause et conséquence de nombreux problèmes structurels su pays.

Certaines phrases, aphorismes révèlent cette putain de viveza criolla:

· « El vivo vive del zonzo, y el zonzo de su trabajo »

· Le vivo/ptit malin vit du couillon, le couillon de son travail

· “Yo, argentino”: le début de l’affranchissement de règles universelles, de principes pour se cacher derrière un prétexte nacional ou une particularité nationale fallacieuse

· La « mano de Dios » de maradona contre les anglais, la tricherie glorifiée, on les a bien niqués. Et on revendique..manque de panache éhonté..

· « Madrugar antes de que te madruguen ». Se lever tôt avant qu’ils te couchent tôt.

· Ca veut dire agir vite, pour tromper les autres. Surprendre, taper le premier, paralyser l’autre. Qu’il n y ait pas de riposte possible.

· « al que madruga Dios lo ayuda » y « no por mucho madrugar amanece más temprano » : dieu l’aide

· « Si uno no joroba, lo joroban. » Intraduisible

· El “caballo del comisario”, pronunciada con comprensión para referirse a una persona con “cuña”, a favor de quien se realiza cualquier arbitrariedad.

· « Siempre primero yo », Moi d’abord, même si je dois pour cela écraser les autres

· « Total, si no robo yo, robará otro » : au final, si c’est pas moi qui vole, ce sera un autre.

· « A mí nadie me ganará de mano » …on me chopera jamais..

· « El fin justifica los medios ». Machiavel au quotidien

· « Los de afuera son de palo ». La corruption génère des bénéfices, ceux d’en dehors sont un problème en bois.

· « Hecha la ley, hecha la trampa »: la loi sécrète la tromperie

Aphosimes tirés d’une analyse dont j’ai perdu l’adresse…

Vous fais signe quand je la retrouverai.

PATXI

Publié par : monie | 5 novembre 2007

Histoires de voyages

Petite publicité pour un tout nouveau blog : histoires de voyageurs.

A l’initiative de Guillaume et de notre conteur préféré, Dul, le blog est né il y a quelques jours.

On y raconte des histoires de voyages, des galères, des bons moments, des situations rocambolesques… Petites aventures, grandes rencontres, jolis moments.

Tout les voyageurs qui aiment raconter sont inviter à participer.

Publié par : Patrick | 4 novembre 2007

Pour quelques pièces le dimanche

Pas de petit métier

Older Posts »

Catégories